Quelle est la différence entre les surestaries et les détentions ?

Dans le domaine du fret conteneurisé, les termes « surestaries » et « détentions » sont deux mots tellement voisins qu’ils réussissent souvent l’exploit de créer la confusion chez bon nombre de personnes. Et la question qui se pose souvent est celle de savoir s’ils sont réellement différents ?

Surestaries et détentions


Dans cet article, je vous propose une comparaison plus ou moins exhaustive de ces deux concepts en rapport direct avec les conteneurs DV et HC (Dry et High Cube) au port de Douala au Cameroun, et en réponse aux préoccupations de quelques lecteurs de ce blog que je remercie par cette occasion.

Mais avant, je vous invite à vous inscrire à mon bulletin d’information quotidien (inscription à la newsletter quotidienne), afin de recevoir non seulement tous les prochains articles et vidéos à raison de deux par semaine (mardi et vendredi), directement dans votre courrier électronique, mais également le livre numérique et le fichier Excel qui viendront compléter la formation vidéo sur la construction des tableaux.


De manière générale, les charges de surestaries et de détentions sont applicables pour des chargements dont les clients ont dépassé le temps de franchise (free time en anglais) applicable à l’import et/ou à l’export.

Les charges de surestaries sont dues lorsque le client conserve sa marchandise (chargée dans un conteneur) dans l’enceinte du terminal portuaire pour une durée plus importante que celle de la franchise accordée.

Les charges de détention quant-à elles sont dues lorsqu’un client conserve le conteneur d’une ligne maritime en dehors du terminal portuaire, pour une durée plus importante que celle de la franchise accordée. Elles seront alors facturées jusqu’au retour du conteneur au Terminal convenu.

La première grande différence est donc que le champ d’application des charges de surestaries est le terminal portuaire (in), alors que le champ d’application des détentions est l’extérieur du terminal portuaire (out).

Toutefois, les délais de franchises (free time), le montant réel de ces charges, les termes et les conditions des surestaries et des détentions peuvent varier d’un pays à un autre.

Prenons le cas du port de Douala au Cameroun pour illustrer notre propos :

1 – Cas des importations

  • Un conteneur est arrivé au port de Douala le samedi 01er octobre à 23h48, et débarqué du navire le dimanche 02 octobre. A noter que le jour commence à minuit (00h00) ;
  • Le destinataire se rapproche de la ligne maritime pour prendre livraison de sa cargaison le 14 octobre ;
  • Le délai de franchise pour les surestaries est de 11 jours civils, dès la date d’arrivée du navire, weekends et jours fériés compris ;
  • Le délai de franchise pour les détentions chez la ligne maritime est de 03 jours civils, dès la date de sortie du terminal portuaire, weekend et jours fériés compris ;
  • Ce qui signifie que la franchise pour les surestaries expire le 11 octobre. Ainsi, l’acconier du port chargera le destinataire de 03 jours de surestaries, du 12 au 14 octobre, au taux journalier fixé.
  • Une fois que le conteneur sortira du port le 14 octobre pour livraison de la cargaison dans le magasin du client, si ce dernier prend par exemple 04 jours pour retourner le conteneur vide au parc de la ligne maritime, alors ce conteneur sera considéré comme étant en détention d’un jour, qui sera à nouveau facturée au taux fixé par la ligne maritime

La deuxième grande différence est donc que les charges de surestaries sont facturées avant la sortie du conteneur plein du terminal portuaire, tandis que les charges de détentions sont facturées après le retour du conteneur vide au parc de la ligne maritime, ou tout autre parc proposé par la ligne maritime.

Par ailleurs, le délai de franchise des surestaries pour un conteneur (DV ou HC) (11 jours au port de Douala) n’est pas le même que pour un conteneur frigorifique (02 jours). Et le délai de franchise pour les détentions des conteneurs livrés dans la ville (03 jours) n’est pas le même que celui des conteneurs livrés à l’hinterland (30 jours au moins).

2 – Cas des exportations

Chaque ligne maritime accorde un certain nombre de jours libres à ses clients exportateurs pour récupérer un conteneur vide, l’empoter, et le retourner plein au terminal portuaire pour embarquement.

En cas de retard par rapport à ce délai, la ligne se réserve le droit d’imputer à ses clients, les frais de détention y relatif (tarif généralement identique qu’à l’importation), pour les jours où le conteneur est resté maintenu chez eux, vide ou plein.

Une fois que le conteneur plein est entrée au terminal portuaire, et si pour une raison ou une autre il n’embarque pas dans le délai de franchise prévu, alors les frais de surestaries seront appliqués au client par l’acconier du port jusqu’à ce que ce conteneur embarque finalement.

Plus simplement, les surestaries ont trait au stockage de conteneurs au terminal portuaire (facturé par l’acconier du port), tandis que les détentions sont liées à l’utilisation de conteneurs au-delà de la francise accordée (facturée par la compagnie maritime).

Ce que je vous propose dans cet article est la forme courante d’utilisation de ces deux termes au port de Douala depuis quelques années. Il existe cependant des différences dans l’utilisation de ces termes par les compagnies maritimes et par les pays : l’Arabie Saoudite et le Japon par exemple utilisent le terme « surestaries » pour désigner le stockage dans les terminaux portuaires ou des lignes maritimes, d’autres combinent les appellations surestaries/détention, et d’autre encore les considèrent séparément.

Il y a de cela quelques temps au port de Douala, le décompte pour la facturation des surestaries était lancé lorsque le conteneur était débarqué du navire. Donc pour un conteneur qui arrivait au port

Mon meilleur conseil serait dons de toujours vérifier ces spécificités auprès de votre ligne maritime qui généralement peut vous obtenir ces informations auprès de leur agents.

P.S.: les charges de détention ne sont applicables que pour les conteneurs des lignes maritimes. Ceci dit, si vous possédez vos propres conteneurs, vous ne les payerez jamais. Il en est de même pour des expéditions LCL/LCL.

Et vous, connaissez-vous d’autres spécificités relatives à ces deux concepts ?


Avant de vous quitter, je vous invite une fois de plus à vous inscrire à mon bulletin d’information quotidien (inscription à la newsletter quotidienne), afin de recevoir non seulement tous les prochains articles et vidéos à raison de deux par semaine (mardi et vendredi), directement dans votre courrier électronique, mais également le livre numérique et le fichier Excel qui viendront compléter la formation vidéo sur la construction des tableaux de bord.

Avez-vous aimé cet article ?

Encouragez-moi avec un commentaire, une mention j’aime, un abonnement à ma chaîne youtube ou partagez-la avec vos amis sur les réseaux sociaux et…

…A NOUS LA PERFORMANCE LOGISTIQUE !

11 réflexions au sujet de « Quelle est la différence entre les surestaries et les détentions ? »

  1. Cet article trouve toute sa pertinence si l’on ne s’en tient qu’ã l’usage courante de ces deux concepts. Bien que ces deux notion renvoies à un dépassement de franchise dans le domaine du fret en TC, leur champ d’application est tout de même différent. Il faut donc les distinguer. Merci Marco pour cet article qui est d’ailleur très pertinent.

    Nous attendons un éventuel article sur la distinction entre les stationnements et les surestaries

  2. Bonsoir, très pertinent cet article et merci déjà pour ce bon boulot abattu, suggérè qu’il faille que vous pensiez au stationnement, j’ai pas besoin de vous ravir la vedette, il risque avoir un malentendu sur les conteneurs (dernier voyage), en tant que professionnel vous comprenez d’où je veux en venir, je vous laisse le soin de nous eclairer d’avantage

  3. cet Article est intéressant vu le récurrence des expression en matières de transport de marchandises conteneurisées. mais on peut aller un peu plus loin en mentionnant qu’au-delà des conteneurs, les surestaries s’appliquent aussi aux navires surtout dans le cadre d’un contrat de charter party.

  4. cet Article est intéressant vu la récurrence des ces expressions en matières de transport de marchandises conteneurisées. mais on peut aller un peu plus loin en mentionnant qu’au-delà des conteneurs, les surestaries s’appliquent aussi aux navires surtout dans le cadre d’un contrat de charter party.

  5. effectivement Hervice lorsqu’il s’agit d’un affrètement au voyage, quand le temps de chargement et /ou le déchargement dépasse le temps de planche prévu dans charte party, il y’a surestarie

  6. Très bon article!!! je voudrai juste apporter une précision
    Concernant la 2e grande différence à l’import à savoir que les surestaries sont payées avant la sortie du port je voudrai juste préciser que cela dépend des accords de paiement avec l’armateur. Pour un client « au comptant » le paiement se fait avant la sortie du port alors que pour un client « en compte » le paiement peux se faire après la sortie du port.

Laisser un commentaire