Comment vous prémunir des pertes dues à l’abandon d’une cargaison au port ?

Les cargaisons abandonnées dans les ports sont souvent considérées comme un casse-tête chinois pour toutes les parties concernées : les armateurs, les chargeurs, les autorités portuaires, les commissionnaires de transport, …etc.

Abandoned cargo


Dans cet article, nous allons aborder quelques causes de l’abandon des cargaisons au port, ainsi que quelques précaution à prendre pour réduire les pertes y relatives.

Mais avant, je vous invite à vous inscrire à mon bulletin d’information quotidien (inscription à la newsletter quotidienne), afin de recevoir non seulement tous les prochains articles et vidéos à raison de deux par semaine (mardi et vendredi), directement dans votre courrier électronique, mais également le livre numérique et le fichier Excel qui viendront compléter la formation vidéo sur la construction des tableaux.


Une cargaison couverte par un connaissement peut-être considérée comme étant abandonnée lorsque le destinataire ne prend pas livraison de celle-ci, malgré la notification d’arrivée à lui envoyée par la ligne maritime, les relances téléphoniques, les courriers électroniques, la boîte postale et autre.

Les causes de l’abandon d’une cargaison au port peuvent être diverses, mais parmi les plus fréquentes, nous pouvons citer :

  • La disparition du destinataire ;
  • Le destinataire injoignable ;
  • Le destinataire qui notifie tout simplement la ligne maritime et/ou le port, de son intention d’abandonner la cargaison ;
  • Le destinataire qui est en difficultés financières au point d’être incapables de payer les frais relatifs au dédouanement de sa marchandise ;
  • Le destinataire qui peut ne pas avoir reçu les originaux des documents nécessaires pour le dédouanement de la cargaison à temps ;
  • La marchandise reçue qui peut ne pas être conforme aux caractéristiques annoncées et l’acheteur qui ne veut pas payer le vendeur ne veux pas non plus encourir des frais supplémentaires en renvoyant la marchandise ;
  • Le destinataire qui peut avoir un différend avec le vendeur ou l’expéditeur et ne veut pas rentrer en possession de la cargaison avant que ce différend ne soit résolu ;
  • …etc.

Quelque soit la cause de l’abandon d’une cargaison dans un port, la partie la plus touchée et la plus vulnérable serait de toutes les façons la ligne maritime, dans la mesure où elle a la responsabilité de payer les frais d’entreposage et de manutention portuaire, mais aussi de supporter le coût du fret si ce dernier n’avait pas été préalablement payé.

La ligne maritime utilise les installations portuaires chaque jour et le plus souvent, les autorités portuaires la facture directement et elle est tenue de payer les frais de stockage, que la cargaison soit abandonnée au port ou non.

Si c’est du fret conteneurisé, la ligne maritime peut avoir à supporter les frais de location du conteneur même si c’est leur propre conteneur, ainsi que le coût d’exploitation de leur équipement. N’oubliez pas que, tout comme un navire, un conteneur génère des revenus pour le propriétaire si et seulement si il est en circulation ou en rotation.

Alors, la question qui se pose est celle de savoir quelles précautions pouvez-vous prendre pour éviter les pertes dues à l’abandon d’une cargaison ?

Notez tout d’abord que nul autre que le destinataire et l’acheteur, n’a de contrôle sur une cargaison abandonnée, mais l’expéditeur, la ligne maritime, le commissionnaire de transport et autres peuvent prendre quelques précautions afin de limiter les dommages et les pertes qui pourraient en découler. Et parmi ces précautions, nous pouvons citer :

  1. La première solution est beaucoup plus préventive et s’adresse aux lignes maritimes. Elle réduit au maximum les pertes qui pourraient survenir : lors du booking (réservation) au port d’embarquement, la ligne maritime doit demander au client si la cargaison sera expédiée en « freight prepaid » (fret payable au départ) ou en « freight collect » (fret payable à destination ou ailleurs). Si vous êtes une compagnie maritime et que vous ne demandiez pas ces informations au moment de la réservation, il serait dans votre intérêt de le faire. Si la cargaison doit être expédiée en « freight collect », l’agent maritime du port d’origine peut prendre la précaution en demandant à l’agent maritime du port de destination d’obtenir au préalable une confirmation écrite du destinataire selon laquelle il règlera les frais du transport lorsque la cargaison sera arrivée à destination, avant la livraison. Ce sera le plus important si l’expéditeur ou le destinataire n’est pas un client habituel de la ligne de maritime. S’il y a des problèmes ou des retards dans la réception de cette confirmation, l’agent maritime du port de destination devra envoyer une sonnette d’alarme au port d’origine et la ligne maritime pourra ainsi discuter avec l’expéditeur et mettre en œuvre des mesures ou prendre des précautions telles que demander à l’expéditeur de payer le fret à l’origine. Il existe certains signes avant-coureurs pour une cargaison qui pourrait être abandonnée, et les lignes maritimes devraient les suivrent spécialement. Ces signes peuvent être le silence du destinataire après l’envoi à temps de l’avis d’arrivée du navire, et après plusieurs semaines et des mois de notifications et de rappels. Si une cargaison est arrivée et que le destinataire n’a pas fait signes dans un laps de temps raisonnable (voire 7 à10 jours en moyenne), toutes les parties concernées doivent être immédiatement informées afin d’essayer d’obtenir une résolution prompte de cette impasse. L’agent du port de charge va alors alerter l’expéditeur.
  2. La deuxième solution est moins efficace que la première, car la perte sera plus grande pour les parties. Elle consiste pour le chargeur (expéditeur), à faire une reconnaissance préalable du marché lorsqu’il conclut un nouveau contrat avec un nouveau client. Ainsi, il serait préférable pour lui de chercher à connaître également les concurrents de son client sur ce même marché ou sur un marché voisin (vers l’arrière-pays). Ainsi, en cas de désistement de son client, il pourra facilement se retourner vers les concurrents qui représentent des potentiels acheteurs pour écouler la cargaison, même à vil prix, l’objectif étant de limiter les pertes. En cas d’expédition vers l’arrière-pays, privilégiez le régime douanier du transbordement, en modifiant le manifeste contre pénalité pécuniaire. Généralement, le montant de cette pénalité est inférieur au coût qu’il aurait fallu pour dédouaner la cargaison à l’import avant de la réexporter.
  3. La troisième solution est plus coûteuse et moins efficace que la précédente, car elle consiste à faire retourner le conteneur chez l’expéditeur via le régime douanier de la réexportation, ce qui signifie dédouanement à l’import et à l’export au port de destination et double payement du fret maritime (départ et retour) et dédouanement à l’export et à l’import au port d’expédition, sans compter les autres frais accessoires (transport routier, manutention portuaire,…etc.).
  4. La quatrième solution et la moins conseillée pour moi reste et demeure l’abandon pure et simple de la cargaison qui sera certainement vendue aux enchères, traduisant ainsi un échec total et catastrophique de la chaîne logistique des chargeurs concernés.

Avez-vous des conseils ou des précautions à propos de l’article ci-dessus que vous souhaitez partager ?


Avant de vous quitter, je vous invite à vous inscrire à mon bulletin d’information quotidien (inscription à la newsletter quotidienne), afin de recevoir non seulement tous les prochains articles et vidéos à raison de deux par semaine (mardi et vendredi), directement dans votre courrier électronique, mais également le livre numérique et le fichier Excel qui viendront compléter la formation vidéo sur la construction des tableaux de bord.

Avez-vous aimé cet article ?

Encouragez-moi avec un commentaire, une mention j’aime, un abonnement à ma chaîne youtube ou partagez-la avec vos amis sur les réseaux sociaux et…

…A NOUS LA PERFORMANCE LOGISTIQUE !

7 thoughts on “Comment vous prémunir des pertes dues à l’abandon d’une cargaison au port ?

  1. Bonjour Marco;

    Merci pour ces informations, elles sont très enrichissantes et faciles à appliquer.
    je te suggérais, bien sur si tu me le permets d’essayer de diversifier les thèmes présentés afin que tes lecteurs puissent parcourir toutes les fonctions et opérations de la logistique.
    De l’analyse que l’on fait, nous avons l’impression que tous tes exposés sont orientés COMMERCE INTERNATIONAL- DOUANE – TRANSIT – CONTENEURISATION, je peux le comprendre car ton profil le précise, néanmoins une diversification serait la bienvenue.
    Autre, puis-je savoir si tu connais des organismes au Cameroun qui dispense des formations certifiantes dans le domaine de la logistique – procurement – supply chain – stock – fleet management etc….

    Cordialement,

  2. Bjr,

    Le problème d’abandon des cargaisons dans l’enceinte portuaire n’est pas rare. Les principales raison (bien que n’étant pas les seuls) sont précisées dans l’article. Personnelement, je trouve que les solutions proposées par cet article sont les meilleur si l’on s’en tient bien enttendu aux causes évoquées.

    Merci Marco

  3. Bonjour, Il me semble qu’il y a un thème peu abordé: la perte du connaissement. C’est la deuxième fois dans ma carrière que je rencontre ce cas de figure, et dans les deux cas, la lettre garantie et ses contraintes ont poussé l’entreprise pour laquelle je travaille à rédiger une lettre d’abandon… Cela signifie que, en toute bonne foi, et malgré le paiement du fret maritime et de la marchandise au fournisseur (chinois), il n’a pas été possible de trouver une solution transitoire pour limiter le montant des garanties réclamées par le compagnie maritime. Je trouve cela bien regrettable notamment pour des PME qui essaient de faire perdurer l’activité industrielle Française.

  4. Bonjour à tous, j’ai besoin de vos lumières, je suis commissionnaire de transport, j’ai envoyé un container à mon agent au Vietnam il y a plus d’un an, le MBL était en port payé, j’ai fait un express BL (donc il avait tout le loisir de retirer le container) et il m’a payé le fret maritime. Suite à un problème de licence, le destinataire n’a jamais pu dédouaner. Mon agent Vietnamien n’a jamais pris possession du container, les frais se sont accumulés il y en a pour au moins 35 000 USD. Je voulais savoir ce que je risque, j’ai peur que la compagnie se retourne contre moi et me réclame cette argent. Certaines personnes me disent que je ne risque rien, d’autres disent que la compagnie va me faire payer. Pourquoi moi ? Pourquoi pas l’agent à destination ? Pourquoi pas l’acheteur ?

Laisser un commentaire