Comment réaliser un envoi de colis à l’international par voie aérienne et pas cher ?

Lorsque vous souhaiter envoyer des colis à l’international, aussi petits puissent-ils être, vous êtes très souvent confrontés aux tarifs « exorbitants » des compagnies aériennes. En d’autres termes, après avoir obtenu vos devis auprès des prestataires, vous êtes souvent contraint, soit de payer le prix malgré vous, soit de rebrousser chemin et chercher une autre alternative, soit d’abandonner tout simplement l’opération. Ne dit-on pas souvent que l’argent est le nerf de la guerre ?

Dans cet article, nous allons voir comment est configuré le fret aérien, d’où vous viennent ces tarifs, et enfin nous allons vous proposer quelques astuces du transport aérien pour une expédition réussie.

Mais avant, je vous invite à vous inscrire à mon bulletin d’information quotidien (inscription à la newsletter quotidienne), afin de recevoir non seulement tous les prochains articles à raison de deux par semaine (mardi et jeudi), directement dans votre courrier électronique, mais également mon premier livre électronique qui sera publié très bientôt, et qui vous montrera étape par étape comment construire votre tableau de bord avec Microsoft Excel.

Notons tout d’abord que le transport aérien est réglementé par la convention de Varsovie du 12 octobre 1929 et le protocole de La Haye du 28 septembre 1955. Ces textes uniformisent certaines règles du transport aérien. Toutefois, ce sont les associations, l’IATA (International Air Transport Association), et l’ATAF (Association des Transporteurs Aériens de la zone Franc) qui traitent des conditions de transport, des tarifs et des normes de sécurité, malgré un contexte général de déréglementation.

  1. Comment est configuré le fret aérien ?

Il existe quatre types de taxation en transport aérien. Les plus utilisés restent : le tarif général, et le tarif à l’ULD (Unit Load Service). Les autres étant les Corates (Spécific Commodity Rates) et les tarifs spéciaux.

a- Le tarif général

Il est conçu par tranche de poids, pour une relation aéroport/aéroport, et indique un prix de transport
au kilo. Le poids taxable étant déterminé en fonction du rapport poids/volume de la marchandise qui ne doit pas excéder 1t = 6 m3. La dégressivité de ce tarif amène à faire jouer « la règle du payant-pour », qui consiste à payer pour la tranche de poids supérieur afin de bénéficier d’un coût de transport moindre.

Illustration :

 

Envoi N°1

Envoi N°2

Tarif général :

–          < à 45 kg, 2 624 xaf/kg

–          45 à 100 kg 2 296 xaf/kg

–          100 à 300 kg 1 968 xaf/kg

–          300 à 500 kg 1 771 xaf/kg.

Poids brut : 220 kg

Volume : 2 m3

Rapport poids/volume :

2 m3 / 6 = 333 kg

Poids brut : 280 kg
Volume : 1,4 m3
Rapport poids/volume :

1,4 m3 / 6 = 233 kg

Poids taxable par la compagnie 333 kg 280 kg
Application de la règle du
payant-pour
Rien à signaler car votre poids taxable est déjà dans la dernière tranche (300 à 500 kg). 300 kg * 1771 = 531 300 xaf
(au lieu de 280 * 1 968 = 551 040 xaf).
Montant du fret à payer 333 * 1 771 = 589 743 xaf 531 300 xaf

Désormais, lorsque vous recevez un devis sur la base du tarif général, n’hésitez-pas à vous rassurer que la fameuse règle du payant-pour a été appliqué, sinon vous pourrez payer plus cher.

b – Les tarifs ULD

Encore appelés tarifs à l’unité de chargement, ils sont appliqués pour une relation définie, aéroport/aéroport, de façon forfaitaire pour chaque contenant (palettes, igloos, conteneurs,…etc.). Mais ce forfait correspond à un poids pivot, au-delà duquel vous paierez un supplément de prix pour le nombre de kilos excédentaires.

Illustration :

Cotation de la compagnie aérienne Caractéristiques de votre expédition
1 ULD Douala/Tunis

Forfait pour toute marchandise : 2 000 000 Xaf

Poids pivot : 2 100 kg

Taxation au dessus du poids pivot : 1 220 xaf/kg

Poids brut de la marchandise : 2 900 kg

Montant du fret : 2 000 000 xaf + (1 220 * 800)

= 2 976 000 xaf

Désormais, lorsque vous recevez un devis sur la base du tarif ULD, n’hésitez-pas à vous rassurer de la concordance du poids de votre expédition avec celui du poids pivot de la compagnie, sinon vous paierez plus cher.

Toutefois, les poids pivots varient en fonction des unités de chargement, du tarif et du transporteur.

La structure d’un coût de transport aérien est la suivante (de bout en bout) :

  • Le pré-acheminement entre votre usine ou votre domicile et l’aéroport de départ ;
  • La manutention aéroportuaire et les autres prestations ;
  • Le fret aérien ;
  • La manutention aéroportuaire et les autres prestations à l’arrivée ;
  • Le post-acheminement.

Attention : distinguez toujours les tarifs donnés aéroport/aéroport, des tarifs donnés « porte à porte ».

c – Les Corates et les tarifs spéciaux

Des tarifs spécifiques appelés Corates, (Specific Commodity Rates), s’appliquent à une catégorie particulière de marchandises sur certaines destinations, et à l’initiative des compagnies. Les tarifs
proposés sont alors avantageux. Cependant leur utilisation est de plus en plus restreinte.

Enfin des tarifs spéciaux concernent les animaux, les livres, les journaux et les objets de valeur.
Une surtaxe est appliquée au transport de produits dangereux.

Attention : les groupeurs de fret aérien ont la possibilité de bénéficier de tarifs plus avantageux que
chaque expéditeur pris isolément. Il peut vous en faire bénéficier en tant que son client.

Frais annexes : Vous devez toujours les prévoir. Ils correspondent aux opérations de dédouanement, à l’édition et visa de document, à l’enlèvement chez l’expéditeur, au post-acheminement, à la sécurisation des marchandises et aux surcharges de fuel. Il peut y avoir aussi des frais de manutention, stockage, entreposage et des frais d’assurance.

 

2- Quelques dispositions du contrat de transport aérien ?

 a – Les obligations du chargeur

  • Prévoir un emballage adapté pour son colis ;
  • Marquage des colis ;
  • Mettre la marchandise à disposition du transporteur au lieu et à la date prévue ;
  • Émettre la LTA (même si dans la pratique, c’est souvent la compagnie ou l’agent de fret qui rédige la LTA pour le compte du chargeur) ;
  • Prévoir le dédouanement des marchandises et satisfaire aux opérations de contrôle du commerce extérieur et des changes.

b – Les obligations du transporteur

  • Charger la marchandise ;
  • Acheminer la marchandise à destination, en bon état, dans les délais contractuels, ou à défaut, dans
    des délais « raisonnables » ;
  • Décharger la marchandise ;
  • Envoyer un avis d’arrivée au destinataire ou à l’intermédiaire indiqué sur la LTA.

  1. Le titre de transport aérien : la Lettre de Transport Aérien (LTA)

La Lettre de Transport Aérien (Air Way Bill) est établie par la compagnie aérienne ou un agent agréé, sur les instructions de l’expéditeur et sous sa responsabilité. Si ses déclarations se révélaient inexactes, celui-ci en cas de dommages ou d’avaries, aurait à supporter toutes les conséquences en matière de responsabilité, vis-à-vis du transporteur et vis-à-vis des tiers.

Par exemple, une adresse de destination inexacte entraîne des frais de télex pour modification, un poids brut erroné limite la responsabilité du transporteur en cas de perte de la marchandise.

Toutes les mentions relatives aux poids, dimensions des marchandises, ainsi qu’à leur état apparent, ont valeur de preuve contre le transporteur. Les autres caractéristiques portées sur la LTA (volume, quantités, état) n’ont pas de valeur probante, sauf s’il y a vérification contradictoire avant
le départ.

La LTA est « non négociable » et ne se transmet pas par endos. En cas d’absence, d’irrégularité ou
de perte de la LTA, la responsabilité du transporteur n’en est pas moins engagée, puisque celle-ci
naît de la prise en charge de la marchandise.
La LTA peut couvrir un transport combiné, mais aussi plusieurs transports successifs aériens, ce qui
est un cas de figure fréquent.

Il existe divers types de LTA à savoir :

  • LTA neutre : ne comporte pas les coordonnées du transporteur ;
  • LTA compagnie : coordonnées pré-imprimées du transporteur émetteur ;
  • Le cas du groupage aérien : les organisateurs commissionnaires de transport proposent des groupages d’un coût beaucoup moins élevé que les taux de fret ordinaires. Dans ce cas, le groupeur émet une LTA mère (Master Air Way Bill) et autant de LTA domestiques (House Air Way Bill) qu’il y a d’expéditeurs distincts.

  1. Comment préserver vos recours contre votre transporteur aérien de marchandises ?

Afin de préserver vos recours contre le transporteur aérien, vous, destinataire de la marchandise, devez accomplir certaines formalités prévues dans l’article 26 de la convention de Varsovie.

a – En cas d’avarie/perte partielle

Faites une protestation écrite dans les quatorze jours (sept jours pour des bagages) à compter de la réception : réserves contresignées par le transporteur sur la LTA et (ou, si avarie et perte sont découvertes postérieurement à la livraison) par lettre recommandée avec accusé de réception.

Les réserves pour manquants doivent porter sur le poids, ou nombre de colis. On ne peut invoquer le volume, la quantité
et l’état des marchandises si elles n’ont pas été vérifiées contradictoirement au départ.

b – Perte totale 

Vous n’avez aucune formalité à remplir.

c – Retard

Protestation écrite, à peine de forclusion, dans un délai de vingt et un jours, à compter de la date de mise à disposition de la marchandise (dimanches et jours fériés compris).

Attention : L’indemnisation pour perte, avarie ou retard, en dehors de toute déclaration spéciale, est fixée par la convention de Varsovie à 250 francs-or par kilogramme soit environ 17 DTS. L’indemnisation est calculée sur le poids brut de la marchandise. Par exemple, un objet pesant 4 kg est brisé à l’intérieur d’un colis pesant 15 kg. L’indemnisation est calculée sur 15 kg.
Cette limite d’indemnisation n’est toutefois pas appliquée si l’expéditeur a souscrit une déclaration
d’intérêt
spéciale à la livraison, ou si le transporteur a accepté l’envoi en l’absence de LTA, ou si celui-ci a commis une faute inexcusable (ont été jugées fautes inexcusables, par exemple, le fait de laisser la marchandise de valeur stockée dans un local ouvert, ou l’omission de maintenir pendant la durée du transport la température nécessaire et indiquée sur la LTA).
La prescription de l’action en responsabilité intervient au bout de deux ans, à compter de l’arrivée à
destination de la marchandise (du délai théorique en cas de retard).

  1. Les précautions à prendre par l’expéditeur

En matière d’indemnisation, l’ayant-droit (vous) se heurte généralement à deux difficultés :

  • Les limites d’indemnisation forfaitaires ;
  • La preuve qu’un retard constaté n’est pas « acceptable » et cause un préjudice indemnisable.

Pour contrer ces difficultés, cinq précautions peuvent être prises :

  • Faire une déclaration de valeur qui a pour effet d’élever les seuils d’indemnisation :
  • Faire une déclaration d’intérêt spécial à la livraison (conventions de Berne et de Genève) qui fixe une date impérative de livraison et des pénalités de retard en cas de dépassement de la date ;
  • Utiliser des services à délais garantis ;
  • Faire inscrire sur le document de transport, en plus de la date de prise en charge, une date prévue de
    livraison.
  • TOUJOURS SOUSCRIRE A UNE POLICE D’ASSURANCE: nous avons tellement vu des chargeurs ne pas prendre une assurance à 32 800 xaf et pleurer pour la perte ou la casse de leur colis. Car, si vous ne prenez pas d’assurance, c’est le tarif minimum de remboursement que vous récolteriez et vous achèterez à peine une brosse à dent avec cela.

Dans le prochain article qui sera publié mardi prochain à 12h00 (UTC+01:00), nous allons aborder un autre sujet logistique tout aussi passionnant.

Et une fois de plus, je vous invite à vous inscrire à mon bulletin d’information quotidien (inscription à la newsletter quotidienne), afin de recevoir non seulement tous les prochains articles à raison de deux par semaine (mardi et jeudi), directement dans votre courrier électronique, mais également le livre électronique sur la construction des tableaux de bord avec Excel dès sa publication.

Avez-vous aimé cet article ?

Encouragez-moi avec un commentaire ou partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux et…

…A NOUS LA PERFORMANCE LOGISTIQUE !

 

5 thoughts on “Comment réaliser un envoi de colis à l’international par voie aérienne et pas cher ?

  1. Machallah. C ‘ est excellent rien a dire. Je suis etudiant en transport logistique et je vois que tt es bien analyser. Du courage vraiment et félicitarion

  2. Salut Marco vraiment je suis très content de tout ce que tu fais pour édifier les clients ou alors les expéditeurs ton article est très enrichissant ; moi je suis je suis agent piste et aimerais plus tard commencer l’import/export une fois de merci et bonne continuation .

Laisser un commentaire