Comment les grandes marques gèrent-elles leurs chaînes logistiques ?

Différentes études ont cherché à identifier les entreprises les plus performantes au niveau de la gestion de leur chaîne logistique. Au début des années 2000, la revue Logistics Today identifiait les entreprises qu’elle jugeait les « Best-in-class » en matière de gestion de la chaîne logistique. Cela donnait son « Top 10 Best Supply Chains ». Ce classement était obtenu grâce à la collaboration de sociétés de conseils et de centres universitaires. Malgré la diversité des intervenants ayant mené ces enquêtes, il y a des noms qui reviennent fréquemment. Aussi, pour les acteurs familiers avec les enjeux de la chaîne logistique, on retrouve des noms d’entreprises souvent associées à de bonnes pratiques de gestion de la chaîne logistique.

Dans cet article, nous allons vous dévoiler les noms de certaines grandes marques mondiales, accompagnés de quelques bonnes pratiques logistiques qu’elles mettent en œuvre au quotidien pour maintenir leur statut de leader dans leurs domaines respectifs.


Mais avant, je vous inviterait à recevoir à tout moment et gratuitement, mon guide pratique portant sur la construction du tableau de bord de pilotage de votre activité avec Microsoft Excel, en cliquant ICI et en me laissant juste votre prénom et votre adresse e-mail. Je me ferais un réel plaisir de vous envoyer votre lien de téléchargement directement dans la boite de réception de votre courrier électronique, ainsi que tous mes prochains articles.
Et pour poursuivre la discussion sur votre mobile, cliquez sur le lien ci-après pour rejoindre le groupe Marco Logistique sur WhatsApp.


En abordant les meilleures pratiques associées à la gestion de la chaîne logistique des grandes marques mondiales, l’idée n’est pas de chercher à les reproduire, mais à saisir les principes sous-jacents derrière celles-ci (Lapide, 2005/2006).

Pour la plupart, ces grandes marques sont identifiées comme démontrant un leadership en matière de gestion de la chaîne logistique. Les pratiques recensées dépassent le simple mouvement de la marchandise pour embrasser une gestion plus vaste et globale.

Voici quelques exemples de ces meilleures pratiques :

Amazon • Profite de son infrastructure technologique pour apprendre de ses clients et accroître la diversité de ses produits.

• Visibilité en temps réel sur le niveau des stocks de ses fournisseurs lui permettant de sélectionner une source alternative si nécessaire.

• Déploie des modèles analytiques afin d’avoir une chaîne d’approvisionnement le plus près du temps réel.

• Déploie les stratégies de gestion du secteur manufacturier (Six Sigma et Total Quality Management)

Apple Computer • Leader de l’industrie dans l’introduction de produits électroniques pour un large public.

• Impartition des activités non stratégiques et de la logistique.

• A de plus en plus recours à ses propres magasins pour entrer en contact directement avec le consommateur.

Nokia • Dans la conception de produits, l’entreprise réutilise souvent les mêmes plateformes technologiques ou composantes afin de réduire les coûts de la chaîne d’approvisionnement et les délais pour les offrir sur le marché.
Proctor & Gamble • A recours au leadership de ses marques pour accroître ses ventes mondiales.

• Soutient ses marques par des innovations de produits.

• Vise une communication fluide entre les systèmes par une minimisation de l’intervention humaine.

• Impartition de sa flotte de camions.

• Développe des catalogues électroniques pour ses principaux clients.

IBM • Déploiement d’un système d’information liant les opérations aux services de soutien (connexion de 19 000 individus et 50 sites).

• Le développement de produits et la performance de la chaîne sont guidés par les rétroactions des ventes.

Zara • Rapidité à introduire de nouveaux produits sur le marché.

• Intégration des fonctions de conception, de production et de ventes pour répondre rapidement aux tendances de la mode.

• Les gérants de magasin offrent les plus récentes informations sur la demande.

Toyota • Excelle dans le développement de collaboration étroite avec ses fournisseurs.

• Partage les informations sur la demande avec ses clients.

• Étudie la performance de ses fournisseurs et travaille avec eux pour corriger les problèmes.

Frito-Lay • Gère les livraisons en fonction des demandes des points de vente.
Dell • Gérer la demande en reconfigurant quotidiennement les prix de ses produits.
Cisco • Ses fournisseurs sont directement reliés à son site Internet et ainsi prévenus immédiatement lors de l’entrée de nouvelles commandes.
Wal-Mart • Puissant système d’information offrant des données très pointues sur les ventes.

• Suivi électronique de la marchandise.

• Partage de l’information avec les fournisseurs.

Ces exemples présentent donc quelques meilleures pratiques logistiques identifiées auprès de certaines grandes marques d’envergure mondiale.

Cependant, l’étude ayant été réalisée au Canada, nous vous donnons ci-dessous en bonus, quelques bonnes pratiques de gestion de la chaîne logistique observée au sein de entreprises canadiennes.

  • Alimentation Couche Tard : Au Québec, l’entreprise a déployé des caisses enregistreuses électroniques qui lui permettent de voir l’évolution de la consommation de ses produits et de lancer le réapprovisionnement des dépanneurs. L’entreprise a implanté son propre centre de distribution afin de mieux contrôler le réapprovisionnement de ses dépanneurs. Elle est en mesure d’offrir un meilleur service à ses points de vente, offrir une meilleure fraîcheur de ses produits et accélérer l’introduction de nouveaux produits. Il est intéressant de noter que l’entreprise allait à contre-courant d’une tendance lourde alors que les organisations tendent à impartir leurs activités d’entreposage à des prestataires logistiques.
  • Pintendre Autos : L’entreprise se spécialise dans la vente de pièces automobiles provenant de voitures accidentées. L’entreprise a développé à l’interne un logiciel qui lui permet de gérer les stocks en main, les ordres de démontage des carcasses et achats de voitures accidentées en fonction de la vitesse d’écoulement des stocks. Pour les achats, le système d’information peut suggérer un prix cible en fonction du potentiel de revente. Cette entreprise ne se considère pas comme un fournisseur de pièces, mais comme une entreprise de service logistique d’où l’importance qu’elle accorde à la gestion de l’information.
  • Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal : Le premier site à avoir testé la technologie de radiofréquence pour le réapprovisionnement des fournitures aux unités de soins. La technologie est combinée avec un système de réapprovisionnement à double casier. Le système de double casier est doté d’étiquettes qui indiquent lorsqu’un des casiers contenant des fournitures est vide. L’étiquette est maintenant dotée d’une puce RFID qui peut lancer un signal de réapprovisionnement de la fourniture. La technologie offre plus de flexibilité quant à l’horaire des rondes de réapprovisionnement, évite que du personnel se rende à l’unité de soins pour déterminer les quantités à réapprovisionner risquant ainsi d’interférer avec le travail de soins. Le système offre plus de sécurité quant à la présence des articles soutenant l’offre de soins.
  • Thomas & Betts : L’usine de Dorval voit à la production sur mesure de panneaux intérieurs de signalisation. Pour faciliter la préparation des composants en vue de la production, l’entreprise a déployé un système de code à barres sans fil (wireless). Le système de production est informé en temps réel des quantités de composants en main et les manutentionnaires peuvent recevoir en tout temps des ordres de prélèvement sans avoir à attendre un cycle prédéterminé. Cette mesure a permis à l’entreprise d’améliorer significativement le respect de ses promesses de livraison, de réduire considérablement les ruptures de stocks de composants et d’améliorer la productivité de ses manutentionnaires.

 

Et vous, connaissez-vous d’autres meilleures pratiques associées à la gestion de la chaîne logistique des grandes marques mondiales ?

N’hésitez pas à rajouter vos contributions en commentaires.

En partageant votre expérience et vos connaissances avec la communauté des lecteurs de ce blog, rappelez-vous qu’il y a toujours plus de bonheur à donner qu’à recevoir !

Et quelqu’un disait que la main qui donne fleurie, et celle qui ne donne pas pourrie.


C’est tout pour cet article ! Mais avant de vous quitter, je vous rappellerais que vous êtes libre de recevoir à tout moment et gratuitement, mon guide pratique portant sur la construction du tableau de bord de pilotage de votre activité avec Microsoft Excel, en cliquant ICI et en me laissant juste votre prénom et votre adresse e-mail. Je me ferais un réel plaisir de vous envoyer votre lien de téléchargement directement dans votre boite de réception, ainsi que tous mes prochains articles hebdomadaires.

Avez-vous aimé cet article ?

Encouragez-moi avec un commentaire, une mention j’aime, un abonnement à ma chaîne YouTube ou partagez-la avec vos amis sur les réseaux sociaux.

Et pour poursuivre la discussion sur votre mobile, cliquez sur le lien ci-après pour rejoindre le groupe Marco Logistique sur WhatsApp.

Les champions ont simplement une meilleure chaîne logistique !


Cet article est inspiré d’un rapport du Centre sur la Productivité et la Prospérité de HEC Montréal, intitulé OPTIMISATION DE LA CHAÎNE LOGISTIQUE ET PRODUCTIVITÉ DES ENTREPRISES. Auteurs : Martin BEAULIEU et Jacques ROY, septembre 2009.

4 réflexions au sujet de « Comment les grandes marques gèrent-elles leurs chaînes logistiques ? »

  1. Complément d’information au sujet de cet article : L’impartition consiste très souvent en la sous-traitance des activités jugées non-essentielles et non stratégiques. C’est un terme typiquement québecois qui est synonyme à l’externalisation dans le reste de la francophonie.

Laisser un commentaire