Comment définir les flux et les processus logistiques ?

Les flux et les processus logistiques sont directement liés à la performance organisationnelle des entreprises. Afin d’optimiser et réduire les gaspillages, il est donc essentiel de gérer ces flux et ces processus.

Dans cet article, nous allons aborder les notions de « flux logistique » et de « processus logistique », en précisant leurs définitions et leurs principales caractéristiques respectives.

________________________________________

Mais avant, nous vous inviterons à recevoir à tout moment et gratuitement, notre guide pratique portant sur la construction du tableau de bord de pilotage de votre activité avec Microsoft Excel, en cliquant ICI et en nous laissant juste votre prénom et votre adresse e-mail. Nous nous ferons un réel plaisir de vous envoyer votre lien de téléchargement directement dans votre courrier électronique, ainsi que tous nos prochains articles.

Pour poursuivre la discussion sur votre mobile, cliquez sur le lien ci-après pour rejoindre le groupe Marco Logistique sur WhatsApp.

________________________________________

I- La notion de flux logistique

1- La définition d’un flux logistique

L’ensemble des activités logistiques successives réalisées lors de la fabrication d’un produit ou sa distribution forme une chaîne appelée flux logistique.

Dans une usine, lorsque l’ensemble des produits fabriqués parcoure les mêmes étapes de production, il y a une seule chaîne de fabrication et donc un seul flux. Si par contre on se retrouve avec différents produits A, B et C qui parcourent en un moment donné de leur fabrication une série d’activités différentes pour chacun des trois produits, alors on a un total de trois flux de production. Un flux est aussi appelé une chaîne d’activité ou chaîne de valeur (en anglais : value stream).

La gestion des flux consiste donc à piloter l’ensemble des activités successives qui sont réalisées lors de la fabrication d’un produit ou sa distribution. C’est ce mouvement des matières, de composants, de sous-ensembles, d’encours, de produit finis le long de la chaine de fabrication et de distribution qui forme le flux.

2- Les buts de la gestion des flux en logistique

 Dans cette chaîne d’activités qui forme le flux, le bénéfice recherché est :

  • L’identification, l’analyse et la diminution de toute forme de gaspillage ou de mauvaise utilisation des ressources dans le processus d’approvisionnement, de fabrication ou de distribution. Une étude est périodiquement menée pour déterminer à chaque fois les causes réelles du gaspillage, de les remonter au niveau de l’équipe de pilotage qui se chargera de lancer des actions correctives.
  • La séparation des activités à valeur ajoutée des activités sans valeur ajoutée (du point de vue de la clientèle ou du besoin à satisfaire). Les activités sans valeur (source de pertes et de gaspillage dans le processus) sont alors supprimées. Cette réduction du gaspillage fini à la longue par devenir un avantage concurrentiel pour l’entreprise.

3- Les différents types de flux logistiques

Dans l’espace, on distingue deux catégories de flux logistiques : les flux logistiques internes et les flux logistiques externes.

  • Les flux logistiques internes concernent les flux de production : circulation de matières et composants dans le réseau de fabrication. Ces flux sont constitués par la chaîne des opérations de transformation, d’usinage, de manutention et de stockage intermédiaires.
  • Les flux logistiques externes concernent : les flux d’approvisionnement ou flux amont (circulation des matières et consommables depuis le magasin du fournisseur jusqu’au magasin de l’entreprise cliente), les flux de distribution ou flux aval (circulation des produits finis ou semis finis de l’entrepôt de l’entreprise jusqu’à ce lui d’une autre entreprise cliente).

Nota bene : Les flux de logistique externe sont tous constitués par une chaîne d’opération d’emballage, de manutention, de transport et de stockage.

Selon la méthode d’approvisionnement choisie dans le processus, les flux logistiques peuvent prendre différentes formes. C’est ainsi qu’on distingue :

  • Les flux poussés : A partir des prévisions de la demande on planifie les ressources dont on aura besoin pour y répondre à l’aide d’un plan de production. On ne se base donc pas sur les commandes réelles pour dimensionner stocks et ressources nécessaires. 
  • Les flux tirés : On se base sur la demande réelle pour déterminer stocks, approvisionnements, ressources, etc. avec objectif de la satisfaire au plus vite. Les flux tirés visent à supprimer les coûts dus à la possession des stocks.
  • Les flux tendus : Les quantités produites correspondent au plus juste à la demande du marché. L’application la plus connue des flux tendus est le Juste à Temps.
  • Les flux synchrones : L’approvisionnement des différents composants est réalisé en fonction de leur ordre d’utilisation dans le processus de production. Les composants sont donc livrés au dernier moment, juste quand ils sont nécessaires, ce qui permet de limiter les stocks et les coûts qui y sont liés.

4- La méthode de gestion des flux logistiques : la cartographie de la chaîne de valeur

La Cartographie de la chaîne de valeur est aussi appelée Cartographie des Flux de Valeur (CFV) en anglais, Value Stream Mapping (VSM) ou Material and information Flow Analysis (MIFA). C’est une représentation schématique des différents flux logistiques d’une entreprise ou d’une fonction de l’entreprise.

La cartographie de la chaîne de valeur trace dans un graphe l’ensemble des flux des matières et d’informations. Toutes les activités incluent dans le processus sont représentées à l’aide de symboles (pictogrammes) simples, et un accent est porté particulièrement sur :

  • L’analyse des délais (durée des cycles, les temps d’arrêt, temps de changement des outils, …etc.) ;
  • L’analyse de la qualité des produits (nature des défauts, nombre de défauts, origine, …etc.);
  • L’analyse des stocks intermédiaires (tailles des lots, taille des stocks et en-cours, coûts) ;
  • L’analyse des opérations de manutention et transport (nombre de mouvements, coûts) ;
  • L’analyse de l’emploi des ressources (quantité, rendement, efficacité, productivité, …etc.) ;
  • L’analyse des flux d’information (nature et quantités).

II- La notion de processus en logistique

1- La définition d’un processus logistique

Un processus est un ensemble cohérent d’activités corrélées ou interactives qui transforment les éléments d’entrée en éléments de sortie en y apportant une valeur ajoutée pour le client. En d’autres termes, un processus logistique est une ou plusieurs activités qu’une entreprise met en œuvre pour transformer une demande en produit (bien ou prestation de service) qui satisferont cette demande.

Ex : Processus Entrées Transformation Sorties
Achat Besoin de matières et fournitures Passation de la commande d’achat Mise à disposition des matières et fournitures achetées
Transport Marchandise au point de départ Opération de transport Marchandise au point de livraison 
Dédouanement Marchandises non déclarées Déclaration en douanes Marchandises dédouanées
Distribution Commande client Préparation de la commande Mise à disposition de la commande 

2- Les différentes familles de processus logistiques

On distingue habituellement trois grandes familles de processus :

  • Processus opérationnel ou de réalisation

Ils contribuent à la réalisation du produit ou service. C’est ce que l’entreprise facture au client. Nous avons par exemple : Fabrication du produit, vente, prestation de service, manutention, stockage, emballage, transport et distribution, …etc. ;

  • Processus de support ou de soutien

Leur fonction réside à contribuer au bon fonctionnement des autres processus par l’apport de ressources nécessaires. Nous avons par exemple : Ressources, formations, Système d’information, comptabilité et finance, maintenance, QHSE, achat, …etc. Ces processus nourrissent tous les autres.

  • Processus de management ou de pilotage

Ils représentent l’activité d’élaboration des informations internes permettant le pilotage de l’activité de
l’entreprise. Nous avons par exemple : Politique générale de l’entreprise, stratégie, technologie et innovation, budget, décision, contrôle et audit, …etc.

Et vous, auriez-vous d’autres éléments importants à souligner au sujet de ces deux notions de « flux logistique » et de « processus logistique » ? Si oui, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire en dessous de cet article.


C’est tout pour cet article ! Mais avant de vous quitter, nous vous rappellerons que vous êtes libre de recevoir à tout moment et gratuitement, notre guide pratique portant sur la construction du tableau de bord de pilotage de votre activité avec Microsoft Excel, en cliquant ICI et en nous laissant juste votre prénom et votre adresse e-mail. Nous nous ferons un réel plaisir de vous envoyer votre lien de téléchargement directement dans votre courrier électronique, ainsi que tous nos prochains articles.

Avez-vous aimé cet article ?

Encouragez-nous avec un commentaire, une mention j’aime, un abonnement à notre chaîne YOUTUBE ou partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux.

Pour poursuivre la discussion sur votre mobile, cliquez sur le lien ci-après pour rejoindre le groupe Marco Logistique sur Whatsapp.

Les champions ont simplement une meilleure chaîne logistique !


Lens utiles :

La vie c'est le partage !

Laisser un commentaire