Comment choisir un conteneur et empoter votre cargaison à l’exportation ?

Si vous êtes un exportateur et surtout si vous exportez pour la première fois, vous devriez avoir des préalables à vérifier avant de pouvoir emballer votre cargaison.

Dans cet article, nous vous proposons une check-list en 05 points non limitatifs.


Mais avant, nous vous inviterons à recevoir à tout moment et gratuitement, notre guide pratique portant sur la construction du tableau de bord de pilotage de votre activité avec Microsoft Excel, en cliquant ICI et en nous laissant juste votre prénom et votre adresse e-mail. Nous nous ferons un réel plaisir de vous envoyer votre lien de téléchargement directement dans votre courrier électronique, ainsi que tous nos prochains articles.

Pour poursuivre la discussion sur votre mobile, cliquez sur le lien ci-après pour rejoindre le groupe Marco Logistique sur WhatsApp.


  1. Utiliser le bon type de conteneur (20’ ou 40’)

Il existe différents types de cargaisons et de méthodes d’emballage pour leurs expéditions par conteneurs. Il est donc de la plus haute importance que vous utilisiez la bonne taille et le bon type de conteneur pour l’empotage de votre cargaison.

Une idée reçue, mais fausse : Un conteneur de 40 pieds est deux fois plus long qu’un conteneur de 20 pieds. Donc, si je peux emballer 21 tonnes de cargaison dans un conteneur de 20 pieds, je peux emballer 42 tonnes de fret dans un conteneur de 40 pieds.

Les conteneurs de 20 pieds sont principalement conçus pour transporter des cargaisons lourdes plutôt que volumineuses, alors que les conteneurs de 40 pieds sont principalement conçus pour transporter des cargaisons volumineuses plutôt que lourdes.

Exemple des cargaisons lourdes : minéraux, métaux, machines, sucre, papier, ciment, bobines d’acier, …etc.

Exemple des cargaisons volumineuses : meubles, tuyaux en acier, débris de papier, coton, tabac, …etc.

Alors, vous ne pouvez pas simplement vous contenter d’emballer le double du POIDS DE FRET d’un conteneur de 20 pieds dans un conteneur de 40 pieds, mais vous pouvez certainement emballer plus du double du VOLUME DE LA CARGAISON d’un conteneur de 20 pieds dans un conteneur de 40 pieds.

Bien sûr, le type de conteneur utilisé est directement lié au type de cargaison que vous avez l’intention d’expédier.

Par exemple, si vous exportez des produits alimentaires, vous pouvez avoir besoin d’un conteneur de qualité alimentaire. Si vous faites une demande spécifique pour un tel conteneur auprès des lignes maritimes, elles peuvent être en mesure de vous en fournir, généralement à un coût de préparation supplémentaire.

2) Vérifier l’état du conteneur positionné

Si le conteneur que vous utilisez pour emballer votre cargaison n’est pas en bon état, vous vous exposez à des dommages éventuels, des pertes, des réclamations et autres.

L’un des sujets de discussion les plus fréquents entre les exportateurs et les lignes maritimes se rapporte d’ailleurs à l’état des conteneurs mis à la disposition de l’exportateur pour l’emballage de sa cargaison.

Dans le cours normal des choses, la ligne maritime devrait positionner un conteneur propre, sain, sec et vide au transporteur de l’exportateur. Le parc à conteneurs a la responsabilité de s’assurer que les instructions de la ligne maritime sont bien respectées.

De l’autre côté, le transporteur a la responsabilité de vérifier si le conteneur qui est mis à sa disposition convient aux besoin de l’exportateur.

Les éléments généraux à vérifier ici incluraient (mais sans s’y limiter) :

• que le conteneur vide reçu est propre, sec et exempt de toute odeur inhabituelle, taches et autres ;

• qu’il n’y ait pas de trous sur les parois et le toit ;

• que les portes sont fermées et sans interstices ;

• que les tiges de verrouillage se ferment et se verrouillent correctement ;

• que les fentes des joints sont présentes et utilisables ;

• que le plancher n’est pas fissuré ou cassé.

Ces vérifications rapides, si elles sont effectuées, empêcheront les réclamations majeures de dommages et/ou de pertes à un stade ultérieur.

Cliquez sur ce lien Pour aller plus loin dans l’inspection des conteneurs lors de leur mise à disposition.

3) Utilisez la bonne ligne maritime 

Aussi stupide que cela puisse paraître, c’est aussi un problème majeur auquel font face certains exportateurs. Donc, si vous êtes un exportateur et que vous avez de gros volume, jusqu’à 20-30 conteneurs par jour pour diverses destinations, et que vous utilisez les conteneurs de diverses lignes maritimes, il est hautement possible que vous ou votre site d’empotage fasse des confusions de conteneurs.

En effet, de nombreuses compagnies maritimes louent des conteneurs auprès de la même société de leasing, de sorte que les préfixes peut-être les mêmes (comme MSC et Maersk qui louent chacun des conteneurs TEXU chez Textainer).  Ceci augmente les risques de confusion…je vous laisse imaginer les conséquences si vous arrivez à charger un conteneur de la ligne MSC sur un navire Maersk et vice versa.

4) La procédure d’exportation et la documentation 

Un autre problème crucial que vous devez comprendre est la procédure et la documentation relative à la cargaison que vous allez emballer et exporter.

Les éléments principaux à vérifier ici incluraient (mais sans s’y limiter) :

• Votre cargaison nécessite-t-elle des permis d’exportation (au port de départ) et d’importation (à destination) ? Bien que vous pourriez penser que l’acheteur ait vérifié avant de commander sa marchandise, généralement, la ligne maritime vous tiendra (en tant qu’exportateur) responsable de toute cargaison qui pourrait être abandonnée à destination.

• votre cargaison est-elle dangereuse, et exige-t-elle une déclaration de marchandises dangereuses ?

• votre liste de colisage est-elle correcte et reflète-t-elle les poids réels de la cargaison ? car il y a différents poids utilisés d’une expédition et il y aura des conséquences dues au poids à vide du conteneur.

• Gardez également à l’esprit les réglementations SOLAS VGM et si vous utilisez la méthode 2, alors vous devez avoir ces documents de poids à portée de main.

• Si vous êtes sur le point d’expédier des colis hors dimension ou OOG (Out Of Gauge), alors vous devez vous assurer que vos permis de transport OOG, escortes et autres sont prêts et ont été sécurisés soit par vous soit par votre transporteur.

• Assurez-vous que votre documentation est en ordre car il serait assez coûteux de dépoter et re-empoter toute cargaison en raison d’une documentation incorrecte.

Voici un article que j’avais publié sur le blog et qui retrace la procédure et quelques documents utilisés lors de l’exportation des marchandises au port de Douala.

5) Empoter correctement votre cargaison

Si vous avez vérifié avec satisfaction tous les points ci-dessus, le point vital qui vous reste est celui d’emballer correctement votre cargaison. Oui, encore une fois il peut sembler comme une évidence, mais beaucoup de questions telles que les accidents, les dommages et autres se produisent en mer et sur le rivage en raison d’un mauvais emballage ou d’un emballage incorrect de la cargaison.

Ne sous-estimez jamais l’importance de protéger votre précieuse cargaison avant son expédition.

Et vous, avez-vous une liste de contrôle spéciale ou avez-vous d’autres points à considérer avant d’empoter vos containers pour l’exportation ?


C’est tout pour cet article ! Mais avant de vous quitter, nous vous rappellerons que vous êtes libre de recevoir à tout moment et gratuitement, notre guide pratique portant sur la construction du tableau de bord de pilotage de votre activité avec Microsoft Excel, en cliquant ICI et en nous laissant juste votre prénom et votre adresse e-mail. Nous nous ferons un réel plaisir de vous envoyer votre lien de téléchargement directement dans votre courrier électronique, ainsi que tous nos prochains articles.

Avez-vous aimé cet article ?

Encouragez-nous avec un commentaire, une mention j’aime, un abonnement à notre chaîne YOUTUBE ou partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux.

Pour poursuivre la discussion sur votre mobile, cliquez sur le lien ci-après pour rejoindre le groupe Marco Logistique sur Whatsapp.

Les champions ont simplement une meilleure chaîne logistique !

 

Site web consulté pour rédaction de cet article : https://shippingandfreightresource.com/

La vie c'est le partage !

Laisser un commentaire