Comment acheter du transport routier ?

L’opération de transport peut être effectuée au travers de cinq modes parmi lesquels trois sont terrestres (route, fer et fleuve) et deux sont utilisées pour les grandes opérations (aérien et maritime). En transport terrestre, c’est bien sûr, le transport routier qui est le plus souvent utilisé pour sa flexibilité. Il est en effet le seul à permettre des opérations de porte à porte et s’adapte à tous types et toutes tailles d’envois.

Dans cet article, nous allons tout d’abord aborder la segmentation du transport routier, ensuite le fonctionnement de chacun de ses segments, avant de terminer par leurs différents modes de tarification. Ceci pour vous donner les armes adéquates pour un meilleur achat de vos transports routiers à l’avenir.


Mais avant, je vous invite à recevoir à tout moment et gratuitement, mon guide pratique portant sur la construction du tableau de bord de pilotage de votre activité avec Microsoft Excel, en  cliquant ICI et en me laissant juste votre prénom et votre adresse e-mail. Je me ferais un réel plaisir de vous envoyer votre lien de téléchargement directement dans votre boite de réception, ainsi que tous mes prochains articles hebdomadaires.


Chaque mode de transport fonctionne selon une segmentation de son offre spécifique.

En transport terrestre, l’offre de transport routier peut être segmentée en fonction de la taille ou du nombre de colis à traiter et transporter ou en fonction de la rapidité requise :

  • L’affrètement: il s’agit de l’utilisation intégrale de la capacité de transport d’un véhicule (lot complet) par un seul chargeur pour effectuer un transport routier de porte à porte. Il n’y a pas de rupture de charge durant l’acheminement. La tarification peut être construite sur la base d’un tarif fixe à la journée d’utilisation du véhicule (afin de couvrir les frais fixes du camion)  et d’un tarif par kilomètre parcouru (afin de couvrir les charges variables du transport : carburant, pièces d’usure et péages) ;
  • Le lot: il s’agit d’une variante de l’affrètement. Le chargeur réserve une partie d’un véhicule sans disposer de la totalité de sa capacité de transport, celle-ci étant partagée entre plusieurs chargeurs. La tarification la plus couramment utilisée est calculée sur la base du mètre linéaire de plancher réservé par le chargeur et sur le nombre de kilomètres parcourus. Le chargeur dispose donc de l’ensemble du volume ainsi défini jusqu’à la hauteur du plafond du véhicule ;
  • Le groupage : pour les colis d’un poids supérieur à trois tonnes. Ce type d’offre implique pour le transporteur de disposer de plateformes de groupage et de dégroupage et nécessite plusieurs ruptures de charges. L’offre de transport combine un transport de ramassage, un passage à quai sur le plateforme de groupage, un transport de masse en ligne régulière entre les plates formes de groupage et de dégroupage, un nouveau passage à quai pour le dégroupage et un transport de distribution. La plupart du temps, ces transports sont tous faits par voie routière. Le calcul du tarif se fait soit au mètre linéaire du plancher, soit à la tonne ou au mètre cube et au kilomètre en charge.
  • La messagerie : elle concerne les envois de moins de trois tonnes et comporte de nombreux points communs avec le lot/groupage (trois opérations de transport et deux passages à quai). Elle s’en différencie à deux niveaux. Le plus souvent, le ramassage ne se fait pas à la demande, mais à heures fixes et sur la plateforme et le traitement des colis se fait de manière industrielle (cross-docking). En messagerie, la tarification est définie soit sous forme classique, en fonction des tranches de poids et des distances entre le point d’enlèvement et le point de livraison, ou par tranche de poids, sur une péréquation à partir de la distance barycentrique entre la zone d’enlèvement et la zone de livraison ;
  • Le transport express: il combine le délai garanti à l’envoi de colis d’un poids inférieur à trois tonnes. Il est très proche de la messagerie. Le mode de tarification est le plus souvent similaire à celui de la messagerie.

Et vous, connaissez-vous d’autres segments, d’autres modes de fonctionnement ou d’autres techniques de tarification du transport routier ?

En partageant votre expérience et vos connaissances avec la communauté des lecteurs, vous aiderez certainement plus d’un !


C’est tout pour cet article ! Mais avant de vous quitter, je vous rappelle que vous êtes libre de recevoir à tout moment et gratuitement, mon guide pratique portant sur la construction du tableau de bord de pilotage de votre activité avec Microsoft Excel, en  cliquant ICI et en me laissant juste votre prénom et votre adresse e-mail. Je me ferais un réel plaisir de vous envoyer votre lien de téléchargement directement dans votre boite de réception, ainsi que tous mes prochains articles hebdomadaires.

Avez-vous aimé cet article ?

Encouragez-moi avec un commentaire, une mention j’aime, un abonnement à ma chaîne YouTube Tube ou partagez-la avec vos amis sur les réseaux sociaux et…

…A NOUS LA PERFORMANCE LOGISTIQUE !

Laisser un commentaire